Le lexique de référence en impression

Pour tout comprendre du jargon technique du secteur, voici le lexique de référence des termes utilisés en impression. Le vocabulaire imprimeur n’aura bientôt plus de secret pour vous !

 

 

Accordéon : pliage spécifique permettant d’ouvrir le dépliant à la manière d’un accordéon.

 

Amalgame : apposition d’impressions différentes sur un même tirage, au papier et au grammage équivalent.

 

BAT / BAG : acronyme désignant « Bon à Tirer / Bon à Graver ». Il s’agit de l’acceptation signée par le commanditaire à l’imprimeur ou au photograveur, lui donnant son accord pour l’impression. La signature du BAT sur maquette ou épreuve couleur contractuelle dégage l’imprimeur de toute responsabilité en cas d’erreur ou d’omission après impression. Il constitue une pièce juridique en cas de litige.

 

Benday : superposition de couleurs primaires pour obtenir une couleur secondaire ou tertiaire sans dégradé.

 

 

Calage : positionnement et fixation de la plaque portant la forme imprimante sur le cylindre porte-plaque, remplissage des encriers, alimentation en papier, réglage de la marge et du plateau de réception.

 

CMJN : acronyme désignant les quatre couleurs primaires utilisées en imprimerie : cyan, magenta, jaune et noir.

 

Couché : type de papier ayant subi un traitement de surface lui donnant ainsi un bon lissé.

 

Débord (fond perdu) : le fond perdu consiste à faire déborder le fond de votre document (constitué d’une couleur ou d’une image) en dehors du format d’impression final pour une impression sans marge. Cela permet également de faciliter la coupe au massicot.

 

Façonnage : opérations de finition, donnant aux imprimés leur forme définitive. Ex. : pliage, assemblage, encartage, piqûre, couture, reliure, etc.

 

Grammage : il s’agit de la masse de papier au m². Son unité est g/m², il est une indication de l’épaisseur du papier.

 

Hirondelle : traits de coupe (repères ou croix de repérage) imprimés dans la marge permettant de repérer les différents films.

 

Massicot : machine à couper le papier portant le nom de son inventeur, Guillaume Massiquot !

 

Mise en page : mise en place des éléments constituant un visuel de communication. Les mises en pages sont généralement réalisées avec des logiciels dédiés, d’après un projet fourni par le client.

 

Nuancier : outil de travail présentant les différentes teintes de couleurs. Certaines dans la gamme des couleurs quadrichromiques obtenues par les diverses combinaisons de benday, d’autres dans celles des couleurs d’accompagnement obtenues par mélanges de différentes teintes (pantones).

 

Offset : terme Anglophone issu du verbe « To set off » qui signifie « reporter ». L’offset est actuellement le procédé majeur d’impression. Cette pratique est fondée sur la répulsion de l’eau / graisse en créant une émulsion entre la solution de mouillage et l’encre grasse. C’est le principe de l’antagonisme eau et gras. La plaque aluminium gravée (forme imprimante) reporte l’image sur le blanchet, qui à son tour reporte l’encre sur le papier. Son succès est dû à sa souplesse et sa capacité à s’adapter à une large variété de produits, ainsi qu’à la qualité du résultat obtenu pour un coût relativement faible.

 

Pagination : numérotation des pages.

 

Pantone : Le pantone est un mélange physique de couleurs : les encres sont mélangées par le conducteur de presse avant d’imprimer. Le système pantone d’origine se base donc non pas sur quatre, mais sur 14 couleurs primaires.

Le nuancier, que les imprimeurs appellent aussi « pantonnier », qui comprend 800 teintes au total, donne en fait les proportions de chacune de ces 14 teintes de base.  La quadrichromie, au contraire, est un mélange optique de la couleur.

 

PAO : acronyme de « Publication Assistée par Ordinateur ». Il s’agit de l’ensemble des procédés informatiques permettant de fabriquer des documents destinés à l’impression. C’est l’évolution logique et historique de la typographie puis de la photocomposition.

 

Papier couché : C’est un papier qui a subi un traitement de surface lui donnant un bon lissé. Le terme « couché » n’implique pas nécessairement la notion de brillance puisqu’il existe, outre les papiers couchés brillants, des papiers couchés satinés et des papiers couchés mats. A savoir qu’un papier non couché absorbe plus facilement l’encre.

 

PDF : acronyme de « Portable Document Format » : un format de fichier informatique créé par Adobe, en tant qu’évolution du format PostScript. L’avantage du PDF est qu’il préserve les polices, les images, les objets graphiques et la mise en forme de tout document source, quelle que soit l’application qui l’a produit et celle utilisée pour le lire. Le format PDF s’est imposé comme format d’échange et d’archivage de documents électroniques.

 

Pelliculage : procédé de finition après impression. C’est une opération dite de façonnage, une mince couche de polypropylène brillant ou mat est ajoutée, donnant une finition parfaite au support sur une ou deux faces.

 

Photogravure : ensemble des techniques photomécaniques qui concourent à la réalisation des éléments de l’impression : typons, clichés ou cylindres (ainsi que le traitement numérique des images et des couleurs).

 

Piqûre : opération de brochage destinée à maintenir à l’aide d’agrafes les diverses pages d’une brochure.

 

PLV : acronyme de « Publicité sur le Lieu de Vente ».

 

Police de caractères : une police d’écriture, en typographie, est un ensemble de glyphes : des représentations visuelles de caractères d’une même famille, qui regroupent tous les corps et graisses d’une même famille, dont le style est coordonné, complet et cohérent. A ne pas confondre avec le terme « fonte » qui désigne l’ensemble des caractères correspondant aux mêmes caractéristiques de corps, graisse et italique au sein d’une même police.

 

Rainage : empreinte en creux sur les papiers à fort grammage destinée à en faciliter le pli.

 

Repiquage : impression complémentaire d’un ouvrage déjà imprimé. Il peut s’agir par exemple d’une personnalisation d’un document par l’ajout d’un logo lors d’un second passage en presse.

 

Rotative : machine à imprimer en continu, utilisant du papier en bobine.

 

Routage : toute opération d’envois groupés à des adresses particulières.

 

Vernis : protection ajoutée sur la feuille imprimée afin d’éviter les salissures, le maculage, etc. Il peut être mat, brillant ou satiné.

Il existe des vernis machine offset, acrylique, UV et/ou sérigraphique. Un vernis sélectif gras complété par un vernis acrylique permet de créer des zones mates et brillantes (procédé de « Drip Off »), sans recourir au pelliculage, ni au vernis sélectif UV (plus rapide et moins cher).

 

Zone tranquille : zone en bord de page, ne devant comporter aucun élément essentiel (ni logo, ni texte). Il s’agit d’une zone de sécurité située prés de la coupe ou du pli (3mm sur la plupart des documents.)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *